Flauzins sur les traces du Pape du Viaur

Publié le 1 Juillet 2022

Pour cette randonnée au départ de Flauzins nous avons marchés sur les traces du Pape du Viaur.

Dans cette vallée sauvage du Viaur et je le dirais jamais assez  Magnifique

C’est par un sentier escarpé niché au cœur sauvage de cette vallée que nous sommes arrivés à la grotte église de Panissole du Pape Benoit XIV.

déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole
déscente vers la grotte église de Panissole

déscente vers la grotte église de Panissole

La longue marche des Papes du Viaur

Ils ne sortaient que de nuit. À l'abri des regards. Ils avançaient à tâtons. Étrange charivari que celui de Tranier, « lo fabre del Coulet » (le forgeron du Coulet) et de sa famille. Hérétiques sans le savoir, ils vénéraient leur « Pape du Viaur ». Retour sur l'histoire qui juxtapose les paradoxes. Cette histoire vraie des papes du Viaur débuta avec le Grand schisme d'Occident qui se produisit après la mort en 1378 de Grégoire XI, dernier pape officiel d'Avignon. De controverses en oppositions, l'église catholique se retrouva… avec trois papes. Ce qui en faisait toujours deux de trop. Après bien des allées et venues et autres abdication, très isolé l'un d'entre eux, Benoît XIII se réfugia à Péniscola en Espagne. Parmi ses supporters inconditionnels figurait un certain Jean Carrier, archidiacre de Saint-Antonin et schismatique déclaré. Il trouva refuge dans le château de Tourène près de Crespin. Lieu que, sourire en coin, beaucoup baptisèrent d'un ironique « Peniscolette ». Pour saluer sa fidélité, Benoît XIII hissa Carrier au rang de cardinal. L'unique. Lorsque son maître poussa un ultime souffle, le cardinal solitaire décréta qu'à lui seul, il composerait le sacré-collège. Et par ricochet, que l'élection de Clément VIII, qui s'était effectuée, en conclave, sans lui, était nulle. Réuni dans un conclave en solo, il trancha et couronna de la tiare pontificale un de ses proches Bertrand Garnier, chanoine de Rodez qui prit le nom de Benoît XIV. Contre vents et marées, Pape du Viaur il fut de 1423 à 1430. Après les disparitions des deux personnages, l'histoire aurait pu s'arrêter là si le forgeron Jean Tranier et sa famille, partisans de l'antipape, n'avaient repris le flambeau. Eux vivaient leur misère au Coulet, dans une sorte de presqu'île entre Viaur et Jaoul.

Mais par fidélité à Benoît XIII, les Tranier se firent clandestins dans… les gorges sauvages du Viaur. Leur « église de Panissole », une grotte non loin de Flauzins leur servait aussi de refuge. Leur prêtre, « le cardinal » Jean Féral. Les Tranier furent arrêtés en 1467 au Moulin de la Souleyrie (Pont du Diable). Plus de trente ans après la disparition de leur pape Benoît XIV. Trente années d'errance. Jamais, au grand jamais, le père Jean Tranier ne renia ses convictions. Et il mourut pendant son procès. Ses enfants Pierre et Jeanne furent reconnus coupables d'hérésie. Si Jeanne abjura, et vit sa peine commuée en prison perpétuelle, Pierre se figea dans ses certitudes, et fut brûlé place de la cité à Rodez le 27 mai 1467. Comme un point final à leur incessante et insensée procession dans les travers du Viaur.

Sources : « Viaur sauvage »

La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur
La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur

La grotte église de Panissole 8 m de profondeur 6 m de largeur 5 m de hauteur

Nous continuons notre descente vers le Viaur le sentier de plus en plus escarpé et sauvage c’est un régal nous entendons les clapotis du Viaur au fond de la vallée  

La descente vers le Viaur
La descente vers le Viaur
La descente vers le Viaur
La descente vers le Viaur

La descente vers le Viaur

Nous voilà arrivés sur le bord du Viaur et nous allons le longer pour aller vers la chapelle de Murat

Le bord du Viaur
Le bord du Viaur
Le bord du Viaur

Le bord du Viaur

Nous arrivons au carrefour qui va nous mener vers la chapelle de Murat une pose pour reprendre quelques vitamines et calories que nous avons laissé dans la descente.

Une croix un peu particulière est sur son socle.

 C’est pour toi José

 J’ai fait des recherches c’est la croix occitane trilobée du Coulet que l’on retrouve à la fontaine Saint Clair de la chapelle elle est répertorier parmi les innombrables croix de la vallée du Viaur je n’ai trouvé aucune histoire particulière peut être toi tu m’en diras plus sur cette croix !!!   

La croix  Occitane trilobéeCoulet
La croix  Occitane trilobéeCoulet

La croix Occitane trilobéeCoulet

Chapelle de Murat

Située au bord du Jaoul, dans un cadre exceptionnel sous le château de Roumegous, cette petite église dédiée à « Notre Dame de Septembre » était le siège d'une très modeste paroisse de 18 feux (cent habitants).

La chapelle de Murat est en réalité une petite église "Notre Dame de Septembre" Datant de l'an mille environ elle a vaillamment traversé les âges, qui fut siège de paroisse jusqu'à la Révolution Française. Elle passe pour avoir été construite au XIe siècle comme l'attestent certains détails architecturaux qui permettent de la dater de l'époque pré romane.
Un texte de 1030 décrit le lieu comme étant planté de vignes, on peut d'ailleurs deviner les terrasses qui les portaient. Au XIIIe siècle elle fut agrandie par une petite chapelle latérale dédiée à Saint Clair, saint guérisseur qu'on honorait pour obtenir la guérison des maux d'yeux.

C'est au XVe siècle qu'elle fut érigée en paroisse annexe de Montou. Le curé prieur de Montou devait la desservir à raison d'un dimanche par mois et aux fêtes de Pâques, Pentecôte (qui correspondait approximativement à la fête de Saint Clair), le 8 septembre pour honorer la naissance de la Vierge.
 

La chapelle de Murat
La chapelle de Murat
La chapelle de Murat
La chapelle de Murat
La chapelle de Murat

La chapelle de Murat

Nous voyons sur la colline d’en face le château de Roumégous sur son piton rocheux les heures sont passées nous n’avons pas le temps de monter jusqu’au château  

Château de Roumegous

Au confluent du Jaoul et du Vergnou, le château de Roumégous domine la vallée du Viaur. Édifie au XVème siècle, il s’élève sur une colline escarpée qui forme comme un promontoire triangulaire entre les deux ruisseaux. Il domine la chapelle préromane de Murat. C’est sur la pointe la plus avancée de ce monticule, à 400 m au-dessus du lit du Jaoul, qu’est bâti ce château. C’est un château - repaire (manoir) formé d’une masse quadrangulaire avec quatre grosses tours rondes. Le rocher qui lui sert d’assise, domine le village situé en amont sur la même langue de terre. C’était une forteresse imprenable, dans un site difficile d’accès. Les fenêtres n’avaient été installées aux étages supérieurs que du côté du précipice, là où l’escalade était impossible.

Le château de Roumégous (Roumégous = tas de ronces) se rattachait à l’origine à la terre de Cadoule. Il reste encore une chapelle au lieu-dit « Saint Amans de Cadoule ».

. Les seigneurs de Cadoule abandonnant leur forteresse auraient construit un château à Roumégous vers 1250. Le château de Roumégous fut donc originairement possédé par les Cadolle, famille d’ancienne chevalerie qui contribua au XIIème siècle à la fondation du monastère de Bonne Combe,

La légende du château

Une légende raconte que le seigneur de Roumégous avait un frère nommé Golfranc de nature perfide. Tous deux partirent en croisade. Quelques temps après, seul Golfranc revint, prétendant que son frère était mort et exhibant un testament qui prescrivait à la femme du défunt de l’épouser. Il s’agissait évidement d’un faux, et un beau jour le seigneur de Roumégous revint à son château. Apprenant ce qui s’était passé, il tua son frère en duel. Le corps de ce dernier disparut aussitôt au milieu des flammes dans la terre qui s’ouvrit tandis que des ronces s’élevèrent à cet emplacement.

 

Le chateau de Roumégous
Le chateau de Roumégous
Le chateau de Roumégous

Le chateau de Roumégous

Nous attaquons une longue montée et je dirais une raide montée qui nous conduit au point sublime de la vallée du Viaur une vue magnifique sur la vallée

Et retour a Flauzins le GPS annonce 12 Km

le départ de la descente vers la grotte n'est pas facile a trouvé !!!

Flauzins sur les traces du Pape du Viaur
Flauzins sur les traces du Pape du Viaur
Flauzins sur les traces du Pape du Viaur
Flauzins sur les traces du Pape du Viaur
Le tracé

Le tracé

Rédigé par Gérard

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Si vous avez aimé cette randonnée vous pouvez laisser un commentaire cela fait vivre le blog <br /> Gérard
Répondre